November 17, 2018

Le Ballet Royal du Cambodge, un héritage et un devoir royal

HRH Preah Ang Machas (High Prince) Sisowath Tesso of Cambodia.

Entretien avec Son Altesse Royale le Haut Prince Sisowath Tesso, Directeur du Ballet Royal du Cambodge

Diplomat Magazine: Prince Tesso, la Princesse Norodom Buppha Devi et vous emmenâtes une délégation du Ballet Royal du Cambodge en Suisse et en France en mai dernier. Pourquoi est-ce que vous avez choisi ces deux pays ?

Le Ballet Royal se produit régulièrement en Europe tous les 2 ou 3 ans. La France est le principal pays oùnous donnons nos représentations dans de nombreuses villes. Cette année nous nous sommes produit à Paris au Philarmonique de la Cité de la Musique, mais nous avons beaucoup de plaisir égalementà danser dans des villes de provinces comme Mérignac, Calais, Enghein, etc… Nous essayons également de promouvoir le Ballet Royal dans les autres pays d’Europe, et c’est pour cette raison que le Ballet Royal se produisait pour la première fois en Suisse.

Diplomat Magazine : Les art et la culture khmères ne sont pas assez connues à l’étranger, croyez vous que ces voyages et représentations aident à promouvoir et créer une conscience du riche héritage du royaume ?

Le Ballet Royal du Cambodge est inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO depuis 2003, aussi il est un art universel. Nous avons le devoir en tant que Cambodgiens et membres de la Famille Royale de le faire mieux connaitreauprès des autres pays. Même si cela est difficile et onéreux car nous sommes une troupe d’environ 40 à 45 personnes, un spectacle du ballet Royal du Cambodge chorégraphie par SAR la Princesse Norodom Buppha Devi, est un évènement unique et rare à ne pas manquer de voir au moins une fois dans sa vie.

Diplomat Magazine: Ce quoi l’importance du Ballet Royal cambodgien dans la société khmère actuelle ?

Le Ballet Royal, même si de nos jours a perdu de son prestige royal et religieux, reste néanmoins pour beaucoup de jeunes cambodgiens une fierté nationale, car c’est une forme artistique unique dans le monde, qui prend ses origines depuis le XII-èmesiècle et n’a pas perdu de sa splendeur à travers les temps et les âges. C’est un art fragile transmis oralement du professeur à l’élève et quimême si les danses sont présentes comme un spectacle gardent malgré tout aux yeux et dans le cœur des cambodgien un sens profondément sacré et mystérieux.

Françoise Nyssen, French Minister of Culture with HRH Princess Norodom Buppha Devi, President of the Royal Cambodian Ballet.

 

Diplomat Magazine: SM le Roi Sihamoni du Cambodge, SAR la Princesse Norodom Buppha Devi sont des anciens danseurs. Quel rôle est-ce que le ballet joue près de la royauté khmère ?

L’instruction des arts dans la famille Royale du Cambodge est une tradition et fait partie intégrante de notre éducation. Le défunt Roi Sihanouk était compositeur, musiciens, chanteur et avait égalementréalise des films. De nos jours hélas les jeunes princes et princesses n’ont plus vraiment la possibilité de consacrer du temps à leur éducation culturelle, les obligations des enseignements modernes les obligent à se consacrer plutôt à l’apprentissage des langues et des nombreuses matières universitaires.

Diplomat Magazine: Envisagez la possibilité de rouvrir le Palais Royale pour faciliter les répétitions des danses sacrés ?

De nos jours le Ballet Royal est rattaché au Ministère de la Culture et des Beaux-arts. Ceci permet aux élèves et étudiantsd’avoiraccès a un enseignement large et varie suivant le circuit scolaire et universitaire comme n’importe quel autre élèves ou étudiants. Les meilleurs d’entre eux et parfois les plus chanceux, sont alors sélectionnés par la Princesse Buppha Devi qui les forme personnellement à son domicile pour qu’elles intègrent sa troupe du Ballet Royal et puissent ainsi suivre une carrière de danseuse étoile.

Diplomat Magazine: La Ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a participé à une soirée du ballet à la Philharmonie de Paris. Est-ce que vous voyez un nouvel intérêt vers le Cambodge en France ?

Les liens qui unissent la France au Cambodge datent de plusieurs siècles et ne s’est jamais dégradé ou estompé, au contraire depuis la fin des années noire du régime Khmer Rouge et de la guerre, la France a toujours soutenu et encourage le renouveau des arts traditionnels au Cambodge. Le premier spectacle du ballet royal a l’étranger fut donné au Château de Versailles en 1999.

Á savoir plus:

Comments are closed.